• D'Ubon et du moins bon

    D'Ubon et du moins bon

    Résumé de mon séjour à Ubon Ratchathani.

     

    Comme le laisse entendre ce titre à l'humour ô combien ravageur, mes impressions sur la ville d'Ubon Ratchathani (tout simplement "Ubon" pour les Thaïs et autres intimes) sont partagées.

    D'Ubon et du moins bon

    Le nord de la ville est ce que j'ai vu de plus ressemblant aux villes occidentales depuis mon arrivée en Thaïlande : supermarchés, magasins clos (i.e. avec devanture plutôt que stands sur le trottoir ou garages grand ouverts en guise de boutiques), un je-ne-sais-quoi que j'ai snobement envie de nommer "organisation" mais qui n'est sans doute qu'un ensemble de détails familiers tels des bancs, une place pavée, des arcades, des fontaines, etc. Une coquette agitation emplit l'atmosphère. À l'inverse, le centre-ville est quasiment désert, pas seulement de badauds ou autres chalands, mais aussi de boutiques : drôle d'impression, comme s'il n'y avait pas de centre justement, pas de rue principale, juste des rues lambda entrecroisées. Certes, le musée national, le parc (à vocation clairement sportive, au moins le soir) et un marché nocturne se côtoient, mais c'est bien tout. Une 2 x 3 voies immense, sans charme, relie les deux parties de la ville, et la rivière, pourtant large et belle, ne paraît pas partie intégrante d'Ubon, comme s'il s'agissait d'une erreur topographique, non d'un atout : drôle de sensation.

    D'Ubon et du moins bon

     

    Même topo en ce qui concerne mes deux visites cultu(r)elles.

    • Je commence par le Wat Supatanaram : le Routard l'indique comme un temple unique, synthèse de l'art khmer (soubassement), d'une influence germanique (corps du bâtiment) et de la tradition thaïe (toit) ; en effet, c'est... unique. C'est aussi la première fois que je vois ici un temple aussi inintéressant, aussi pauvre du point de vue sculptural et aussi dépouillé dans sa décoration. Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain b-ouddh-aptismal (si, si, j'ose) : mon appareil photo a tout de même trouvé deux ou trois clichés à faire, consultables dans cette galerie. Appréciez notamment l'élégance, le raffinement pluri-millénaire, l'art magistral des artisans de l'Isan (Thaïlande du nord-est) concentrés dans ces incomparables troncs :

    D'Ubon et du moins bon

     

    • Je poursuis avec le musée national d'Ubon qui, soit dit sans ironie cette fois, m'a beaucoup plu. Il s'agit en fait d'un écomusée de l'Isan, qui permet donc de se plonger dans les différentes époques et les différentes facettes de la vie quotidienne locale. Il est bien agencé, sobre et les explications, certes sommaires, sont toutes traduites en anglais. Une visite courte mais intéressante, bienvenue après une relative indigestion de temples bouddhiques et une incapacité temporaire à faire du trek (a-bobo-les-petons). Voici une râpe à noix de coco en avant-goût de la galerie dédiée au musée :

    D'Ubon et du moins bon

     

    Pour conclure ce long article, une photo révélatrice elle aussi des antagonismes d'Ubon : immeuble moderne, écran géant (publicitaire), bidonville...

    D'Ubon et du moins bon

    « Dur, dur d'être un touristeSérie noire... »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Guillaume
    Vendredi 3 Février 2017 à 21:01

    Sympa la photo panoramique avec la ville, l'autoroute et le fleuve !

    "Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain b-ouddh-aptismal (si, si, j'ose)" >> pas mal :)

    Bises A+

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :